Rechercher
Commerces
Rues
Activités

Histoire de Nogent

Histoire de Nogent sur Marne du Moyen-Age à nos jours.

Nous vous proposons de découvrir Nogent sur Marne d'un point de vue historique.

Nogent, dans les Temps Anciens
De par sa position au bord d'une rivière, la Marne, et de la forêt, Nogent-sur-Marne est un lieu propice à la création d'une agglomération, ainsi un peuplement de l'époque gallo-romaine est référencé à cet endroit.Un palais mérovingien de Chilpéric Ier aurait été situé à Nogent-sur-Marne. En 581, Grégoire de Tours cite Novigentum comme résidence préférée du roi.

Nogent au Moyen-Âge
Au XIIe siècle, on entreprend la construction, dans le style roman, du clocher de l'église Saint-Saturnin, dont la construction sera poursuivie dans le nouveau style ogival au XIIIe siècle. C'est sans doute de cette époque que date l'organisation du village autour de la grande rue. C'est au Moyen-Âge que les religieux font déboiser les terres pour généraliser la culture de la vigne.  Au XIVe siècle, les fils de Philippe-le-Bel, Charles IV et Philippe V séjournent au manoir de Plaisance. Le roi Charles V fait construire (ou agrandir) le manoir de Beauté-sur-Marne, où il meurt en 1380. Le site de Nogent était déjà très apprécié : les chroniques de Christine de Pisan évoquent l'air pur et les fêtes données dans l'île de Beauté. Au siècle suivant, Charles VII offre le manoir à sa maîtresse Agnès Sorel, qui deviendra la Dame de Beauté.

Nogent, centre de villégiature aux XVIIe et XVIIIe siècles
Aux XVIIe et au XVIIIe siècles, des nobles et bourgeois parisiens construisent des maisons de campagne à Nogent, comme dans toute la banlieue. Ces demeures, à l'image de l'Hôtel des Coignard et de la Maison des Artistes, s'agrémentent d'un vaste parc dont la forme épouse le relief du coteau, avec des bassins alimentés par les sources qui parcourent le sous-sol de Nogent. Ces nobles et bourgeois parisiens sont également des propriétaires fonciers qui donnent à bail leurs terres aux viticulteurs locaux. Cette présence a des incidences économiques : emplois de domestiques, de jardiniers, de nourrices même puisque l'on plaçait alors les nourrissons de Paris à la campagne. Encore l'air pur de Nogent ! Parmi les nobles et bourgeois parisiens qui ont résidé à Nogent, on peut citer Henri-Charles Arnauld de Pomponne, Ministre des Affaires Étrangères, Ambassadeur de France, qui est à l'origine de la création des compagnies d'archers ; Philippe Le Febvre, Intendant des Menus et Plaisirs du Roi, chez qui meurt Antoine Watteau, le peintre des Fêtes Galantes en 1721.



Les conséquences de l'arrivée du chemin de fer
La construction de la ligne de Mulhouse (1854) et encore plus celle de la ligne de la Bastille (1859) vont entraîner de profondes mutations. Au milieu du XIXe siècle, le village de cultivateurs et de vignerons qu'est Nogent se transforme, avec la révolution industrielle qui bouleverse toute la banlieue de Paris. Dans la banlieue Est, la vallée de la Seine, plus large, au fleuve facilement navigable, connaît un développement industriel. La vallée de la Marne, plus étroite, à la navigation plus difficile, s'oriente vers une évolution résidentielle. Alors qu'en centre ville, les immeubles prennent la place des demeures villageoises, une nouvelle forme de villégiature apparaît sur les bords de Marne avec les résidences secondaires des Parisiens aisés. On y voit s'épanouir le rêve du châtelain dans les maisons ornées d'une tourelle.

La ligne de Mulhouse a pour autre conséquence la construction des 34 arches d'un viaduc long de plus de 800 mètres, une frontière physique entre le bourg de Nogent et le territoire du Perreux, qui n'est encore occupé que par un seul domaine. Son lotissement aboutit à la naissance d'un nouveau quartier qui devient une commune à part entière en 1887. A Nogent, les viticulteurs cèdent leurs parcelles à de nouveaux arrivants, la voirie se calque sur les chemins vignerons.

L'arrivée du chemin de fer favorise l'installation des guinguettes sur les bords de Marne. Le train rend les berges de la Marne facilement accessibles aux Parisiens pour le temps du repos dominical. C'est la Belle Époque des canotiers, des fêtes nautiques, des baignades, qui valent à Nogent d'être passée dans la mémoire collective comme l'un des lieux de naissance des loisirs de masse.

Au fil du XXe siècle
Pendant l'entre-deux-guerres, l'évolution urbaine se poursuit. C'est l'époque de la "marée pavillonnaire" en banlieue. Nogent se dote aussi de logements sociaux, d'équipements publics et d'un premier terrain de jeux. Dans la seconde moitié du XXe siècle, Nogent devenue Sous-Préfecture du nouveau département du Val-de-Marne, s'enrichit de nombreux équipements collectifs. La rénovation du centre ville est entreprise. A l'orée du XXIe siècle, Nogent, coquette cité résidentielle de banlieue, garde dans son paysage urbain la trace d'un riche passé.

Aujourd'hui, l'habitat collectif représente 5 logements sur 6, mais le tissu pavillonnaire de la ville reste préservé. Des architectes, tels les Nachbaur, ont acclimaté le style Art Nouveau aux pavillons nogentais. Plus près de nous, Gérard Tissoire a laissé des villas éclectiques étonnantes. Damotte, Hillion, pour n'en citer que deux, ont traité de façon élégante les façades des immeubles nogentais.

 

Commerçants

S'inscrire
Newsletter

Météo